La Russie va-t-elle lâcher Bachar el-Assad ?


clip_image001

Un analyste qui se définit comme un "gaulliste de gauche" mais qui était en 1998 rédacteur en chef d’une revue dirigée par un sympathisant de l’extrême-droite (selon Wikipedia), estimait récemment dans une interview pour un site de géopolitique que la Russie, qui perdrait selon lui en 2017 sa base ukrainienne de Sébastopol, garde un intérêt vital à pouvoir faire mouiller sa marine dans les ports syriens, mais que, pour garder cette possibilité, elle serait prête à sacrifier Bachar-el-Assad en préparant d’elle-même, sans que les Occidentaux ne le lui aient demandé, une nouvelle résolution à l’ONU imposant sur un mode plus modéré que celle repoussée par Moscou et Pékin le 4 octobre dernier  (avec le soutien de l’ensemble des BRICS – Brésil, Inde, Afrique du Sud) une démocratisation du régime syrien – résolution que les Occidentaux pourraient utiliser et "sur interpréter" comme ils l’ont fait en Libye. L’auteur rappelle d’ailleurs que la Russie s’est depuis quinze ans toujours prêtée aux compromis qui ont abouti à la chute de ses alliés, de la Yougoslavie à la Libye

L’analyse géostratégique qui sous-tend cette interview est controversée ne serait-ce que parce que le bail sur Sébastopol a été prolongé en avril dernier jusqu’en 2042, mais l’existence d’un projet de résolution plus modéré est avéré : le ministre des affaires étrangères russe M. Lavrov a confirmé publiquement le 10 octobre dans le magazine Profil que Moscou travaillait sur un projet de résolution "plus équilibré" et la question de l’effectivité du soutien russe à Bachar El-Assad est effectivement posée.

La Russie a présenté son vote du 5 octobre comme un encouragement au dialogue entre le régime baassiste et l’opposition "intérieure", tandis que l’autre opposition, soutenue par les Occidentaux, est considérée comme fabriquée de toute pièce.

Une des figures de cette opposition intérieure est Qadri Jamil du Parti communiste syrien (PCS) qui a rencontré il y a un mois à Moscou le chef adjoint de la diplomatie russe Mikhaïl Bogdanov et le président de la Commission pour les Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Mikhaïl Marguelov. Le PCS, fondé en 1943, a connu de longues périodes d’interdiction et de répression, y compris dans les premières années du régime bassiste. En 1970, Hafez al-Assad l’a réintroduit dans le jeu politique syrien, en en faisant une composante du Front national progressiste. A la fin des années 70, l’hostilité du PCS à la politique libanaise d’Hafez al-Assad l’a contraint à renouer avec la clandestinité, puis il a pu siéger à nouveau au parlement dans les années 1990.Qadri Jamil est le responsable d’une "Commission nationale d’unification des communistes syriens" chargée de réconcilier les factions du PCS. Il dénonce aussi bien le soutien étranger à l’insurrection que la gestion purement policière des manifestations par le gouvernement.

L’ancien diplomate Ignace Leverrier favorable à l’insurrection syrienne estime toutefois que Qadri Jamil n’a pas de légitimité pour incarner une opposition au régime et la possibilité d’exclure du jeu les "oppositions modérées" ont déjà été souvent exploitées par les Occidentaux.

En tout cas le 7 octobre dernier le président Medvedev a demandé à Assad de démissionner s’il ne se sentait pas capable de réformer son régime, ce qui est le signe des limites du soutien russe au gouvernement syrien dorénavant.

Indépendamment de sa relation avec la Russie, Bachar el-Assad a sans doute obtenu un ballon d’oxygène en acceptant à Doha le 1er novembre un plan de la Ligue arabe prévoyant le retrait des chars de toutes les villes syriennes et le lancement de négociations entre le gouvernement et l’opposition.

Mais des manifestants ont été à nouveau tués les fiefs islamistes de Hama et de Homs.Le gouvernement de Damas lui souligne que 22 soldats et policiers sont morts ce weekend dans des combats (leurs noms sont cités par l’agence Sana) soit 72 depuis le 29 octobre, principalement à Homs, met en cause des éléments liés à Al-Qaida et aux Frères musulmans et dénonce des trafics d’armes aux frontières de la Turquie, du Liban et de la Jordanie.

Le gouvernement baassiste garde des appuis importants dans la population. Le 12 octobre des dizaines de milliers de personnes selon les agences de presse occidentales, un million selon les partisans du régime (les mêmes querelles de chiffres ont existé en juillet autour des manifestations de l’opposition), sont descendues dans les rues de Damas pour remercier la Russie et la Chine d’avoir opposé leur veto, le 4 octobre dernier, à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui condamnait la répression (une manifestation qui rappelait celle organisée par Kadhafi à Tripoli quand il contrôlait encore la moitié Ouest de son pays). Selon l’agence syrienne Sana (photos à l’appui) ils étaient à nouveau un million à Damas le 26 octobre à rejeter l’ingérence occidentale. Les tensions entre pro- et anti-Assad se répercutent jusque dans la communauté syrienne de Paris (voir le récit de l’occupation violente du centre culturel par des opposants à l’occasion d’une conférence le 27 octobre dernier).

Les pressions et ingérences occidentales restent constantes. Le 4 novembre la porte-parole du Département d’Etat Victoria Nuland a dissuadé les opposants d’accepter les mesures d’amnistie offertes par le gouvernement syrien. Le sénateur américain néo-conservateur républicain McCain a appelé le 27 octobre Washington à lancer une attaque militaire contre la Syrie. Le ministre des affaires étrangères français rallié à l’ingérence impériale Alain  Juppé (sous les ordres d’un président de la république qui a menacé l’Iran de frappes militaires préventives dès le mois d’août dernier) avait pour sa part exprimé quinze jours plus tôt de son intention de prendre contact avec le Conseil national de transition syrien, un organe créé sur le modèle libyen. Créé à Istanbul fin août sous les hospices des Frères musulmans turcs de l’AKP, dirigé par le sociologue Burhan Ghalioun, il comprend parmi ses pères fondateurs Moulhem Droubi, haut membre des Frères musulmans syriens, Cheikh Muteih al Butain, responsable du mouvement de contestation dans la ville de Deraa (sud), l’ancien prisonnier politique Khaled al Haj Saleh et l’écrivain Hazem Nahar.

Le 31 octobre le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rassmussen a jugé utile de préciser qu’une intervention militaire de l’Otan en Syrie était totalement exclue… mais ce genre de déclaration n’a généralement qu’une valeur provisoire.

http://sos-crise.over-blog.com/article-syrie-temoignages-sur-ce-qui-s-y-passe-vraiment-alerte-desinformation-88237619.html>

Cet article a été publié dans Réflexions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Russie va-t-elle lâcher Bachar el-Assad ?

  1. Mohamed Tahar Nadjib dit :

    Beaucoup de zones d’ombre !!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s