Libye : la tentation extrémiste inquiète l’Occident


clip_image001

Des hommes s’exclament pour soutenir la rébellion, près d’une mosquée à Tripoli, après la prière du vendredi.

Tout au long de la guerre, le CNT a lutté pour présenter l’insurrection comme un mouvement laïque, uni et libéral. Mais cette image est loin de refléter la réalité.

Éviter à tout prix le chaos qui a suivi la chute de Saddam Hussein à Bagdad. C’est désormais la principale préoccupation des puissances militaires qui ont mené l’offensive contre les forces du colonel Kadhafi. Hillary Clinton a appelé vendredi les rebelles libyens à la plus grande fermeté contre la «violence extrémiste». Pour la secrétaire d’État américaine, les prochains jours seront «critiques». «Dans la nouvelle Libye, il ne saurait y avoir de place pour la vengeance et les représailles», a-t-elle prévenu, alors qu’une chasse à l’homme se poursuit à Tripoli. Les États-Unis ont exhorté le CNT, l’organe politique des insurgés, à respecter son engagement de bâtir un État tolérant et démocratique protégeant les droits de ses citoyens. Le gouvernement rebelle, qui vient de s’installer dans la capitale, est conscient que le respect de ces principes sera au cœur de l’aide financière que les alliés devraient débloquer pendant la conférence de Paris, le 1er septembre.

L’expérience de Bagdad est encore dans tous les esprits. Au printemps 2003, une victoire militaire rondement menée par les troupes américaines avait été gaspillée par une paix mal préparée et quelques erreurs stratégiques. La dissolution de l’armée irakienne et des institutions baasistes avait précipité, en quelques semaines, les sunnites pro-Saddam dans la rébellion. Quant à la capitale, elle avait été la proie des pillages et des actes de vengeance commis par les opposants triomphants.

Qui aider dans les rangs des rebelles ?

Pour les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, l’après-guerre en Libye est un casse-tête qui commence par la question suivante: qui aider dans les rangs des rebelles ? Tout au long de la guerre, le CNT a lutté pour présenter l’insurrection comme un mouvement laïque, uni et libéral. Mais cette image est loin de refléter la réalité. L’organe politique de la rébellion est en fait traversé par de nombreuses fractures, notamment celle qui oppose les insurgés laïques et modérés aux rebelles islamistes radicaux. Avant la fin de la guerre, une délégation d’experts menée notamment par le Ciret (Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme) s’était inquiétée, en revenant de Libye, de l’existence d’une tentation islamiste parmi les insurgés. Son rapport, très critique, dénonçait le projet d’instaurer une charia islamique dans la Libye d’après Kadhafi. Il n’est un secret pour personne que des islamistes radicaux se sont battus dans les rangs rebelles. Le quotidien Libération a dressé vendredi le portrait d’Abdelhakim Belhaj, qui après être entré à la tête des rebelles à Tripoli, serait devenu le gouverneur militaire. Capturé par la CIA en 2003, nommé «émir» du Groupe islamique combattant (GICL) libyen adoubé par Ben Laden en 2007, il est connu pour avoir été proche de Zarqaoui, le chef d’al-Qaida en Irak. Belhaj, prévient le quotidien, est loin d’être le seul ancien du GIC à avoir été propulsé à un poste militaire de premier plan en Libye. «Qu’al-Qaida tente de profiter de la situation instable et de s’infiltrer là où elle le peut, sans doute. Mais nous sommes d’autant moins inquiets que le Qatar et les Émirats Arabes Unis, deux pays musulmans ayant participé à l’opération et qui sont très sensibles à la présence d’al-Qaida dans la région, sauront très bien faire le tri parmi les rebelles» explique une source française.

<http://actu.trambwe.com/?ref=monde&art=81&cmt=0&rd=0&lang=fr&sk=1314537194&t=Libye#>

Cet article a été publié dans Réflexions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s