Syrie: la Tunisie rappelle son ambassadeur / Moubarak condamne Assad


  17/08/2011

Le gouvernement tunisien a annoncé mercredi le rappel de son ambassadeur à Damas pour des "consultations", rapportent les médias arabes.

La Tunisie est devenue le quatrième pays arabe à rappeler son ambassadeur en Syrie, secouée depuis cinq mois par des protestations massives contre le régime du président Bachar al-Assad. Le 7 août, l’Arabie Saoudite, poids lourd du monde arabe, a rappelé son ambassadeur à Damas pour dénoncer la répression en Syrie et a été suivie le lendemain par le Koweït et Bahreïn.

Depuis le 15 mars dernier, la Syrie est déchirée par un mouvement de contestation du régime en place. Selon l’opposition et les défenseurs des droits de l’Homme, la répression de la révolte populaire en Syrie par les forces de sécurité a déjà fait quelque 2.000 morts.

Damas rejette la responsabilité des désordres sur les "bandits armés" bénéficiant du soutien de "forces extérieures" et articule un nombre de 500 soldats et policiers qui ont trouvé la mort dans les violences.

http://fr.rian.ru/world/20110817/190529777.html

Moubarak condamne le président syrien pour "crimes contre le peuple"

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak, chassé du pouvoir le 11 février au terme d’une révolte populaire sans précédent, condamne le président syrien Bachar al-Assad pour les "crimes de son régime contre le peuple", rapporte mercredi le journal égyptien al-Gomhuria.

Selon des sources proches de l’ancien leader égyptien, ce dernier "recommanderait à Bachar al-Assad de partir, comme le réclame le peuple syrien".

Quant à Hosni Moubarak, 83 ans, après trois décennies à la tête du pays, il est actuellement jugé pour corruption, abus de pouvoir, enrichissement illicite et incitation au meurtre contre les manifestants. Selon un bilan officiel, environ 850 personnes ont péri pendant les 18 jours du soulèvement qui l’a acculé à la démission.

Le 13 avril, le Parquet général d’Egypte avait ordonné de placer en détention le raïs et ses deux fils, Alaa et Gamal. Hosni Moubarak risque d’encourir la peine de mort.

Les audiences du procès de l’ancien président égyptien, comparaissant devant le tribunal sur une civière, se déroulent à l’Académie de police du Caire pour des raisons de sécurité.

http://fr.rian.ru/world/20110817/190528948.html

Cet article a été publié dans Brèves. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s