Oslo: Le tireur a conspiré avec des “leaders du monde des affaires et politique” avant le massacre


Paul Joseph Watson

Mercredi 27 Juillet 2011

Nouvel Ordre Mondial: Breivik n’aurait pas agit seul, serait-il l’arbre qui cache la forêt ?

clip_image001

À J+5 du massacre d’Oslo, il semble qu’à la fois le gouvernement, les autorités norvégiens et les médias locaux et internationaux ne se focalisent que sur l’homme de paille de l’affaire. Pourtant, beaucoup de choses intéressantes transpirent au sujet de l’assassin Breivik; notamment ses connections à Londres avec un groupe d’extrême-droite l’English Defense League, non seulement infiltré par le contre-espionnage britannique MI5, mais plus que probablement contrôlé par ce même service et la branche spéciale de la police.

Nous avons traduit ici un article qui fait état de ses rencontres scabreuses à Londres, du fait qu’il était sur une liste de surveillance des autorités norvégiennes et que ses revenus ont fait de sérieux bonds depuis 2006. Pour préparer une action criminelle de cette envergure, il faut du temps, il semblait en disposer de beaucoup, et de l’argent, dont il ne semblait pas disposer de beaucoup… Jusqu’en 2006. D’où vient l’argent ?… Qui sont les payeurs ?.. Sont-ils les mêmes que les commanditaires ?…

Il est impossible que Breivik ait agit seul ! Les témoignages des témoins oculaires de l’île corroborant le fait d’un second tireur sont éclipsés.. Pourquoi ? Beaucoup de questions, auxquelles il faut s’intéresser en premier lieu si on veut vraiment avoir des réponses…

– Résistance 71 –

Le tireur a conspiré avec des “leaders du monde des affaires et politique” avant le massacre

Breivik était en cheville avec la Ligue de Défense Anglaise de Londres (NdT: l’English Defense League ou EDL est un groupe d’extrême droite anglais raciste et sioniste), ligue qui est lourdement “infiltrée” par le MI 5 britannique (NdT: contre-espionnage)

Anders Behring Breivik a dit avoir conspiré avec “des leaders politiques et des affaires” à Londres des années avant qu’il ne planifie son massacre de la semaine dernière; une connexion intrigante quand on prend en considération le fait que le manifeste laissé par le tueur est daté “Londres 2011”, suggérant ainsi une claire connexion avec la capitale britannique alors que des preuves commencent à émerger de la possibilité d’un complot plus large. “Dans son manuscrit, Breivik décrit son ‘maître à penser’ comme étant un Anglais du nom de ‘Richard’ et dit que son voyage dans l’extrémisme violent a debuté lors d’une petite réunion à Londres en 2002, où un groupe d’extrémistes de son accabit se rencontra afin de ‘reformer’ les ‘Chevaliers des Templiers d’Europe’, un groupe militaire dont le but était de ‘saisir le contrôle politique et militaire de l’Europe occidentale et d’appliquer un agenda politique et culturel conservateur” reports the Guardian.

“Dans son manifeste, Breivik dit que le rassemblement de Londres n’était pas “un rendez-vous stéréotypé d’extrême-droite empli de skinheads sous-privilégiés et racistes et ayant un mauvais tempérament.” Au lieu de cela, il déclara que ceux présents à la réunion étaient des entrepreneurs ayant réussi, “des leaders politiques ou du monde des affaires, certains avec des familles, la plupart chrétiens conservateurs, mais aussi quelques agnostiques et même quelques athées.”

Le tireur a dit que les participants à cette réunion venaient des quatre coins de l’Europe et qu’il fut mit en contact avec eux par l’intermédiaire d’un “commandant croisé serbe”.

Les implications de Breivik avec Londres, il y vécut enfant alors que son père travaillait à l’ambassade de Norvège, sont clairement la pierre angulaire de cette affaire. De fait, comme l’écrit Mark Steyn pour le National Review Online, le manifeste du tireur se préoccuppe beaucoup de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. “Le document entier est étrangement anglo-centrique, et de par les citations faites par NR et le Washington Times, il n’y a pas grand chose à propos de la Norvège.”

Ce manifeste, signé par le tueur sous la forme de “Andrew Berwick” (une version anglicisée de son nom) est datée “Londres, 2011”, clairement indiquant que Breivik était à Londres avant sa folie meurtrière, et ce bien que les médias en disent autrement sans expliquer pourquoi Breivik placerait une erreur si délibéréee dans son manifeste à la lourde prose.

Il est maintenant rapporté que Breivik était à Londres aussi récemment que l’année dernière, lorqu’il a pris part à une marche avec la Ligue de Défense Anglaise. Cette ligue est un groupe d’extrême-droite qui se compose largement d’ancien hooligans de football. Son organisation est bancale et le groupe a la réputation d’être dirigé par des voyous violents, alcooliques et racistes. L’impopularité du groupe a été exploitée par l’establishment britannique pour diaboliser les critiques parfois légitimes sur la politique d’immigration de masse en les étiquetant d’extrémistes et racistes.

Le groupe est régulièrement appelé “néo-nazi” par la presse même s’il est ouvertement pro-Israël et a exposé des drapeaux israéliens lors de ses manifestations. La ligue en vient au main régulièrement avec des groupes pro-musulmans, scènes qui bien sûr bénéficient d’une large couverture médiatique outre-manche afin de pousser plus avant l’idéologie du “choc des civilisations” tout en gardant le peuple britannique divisé et à la gorge l’un de l’autre, ainsi permettant au gouvernement de s’engager dans une politique du “diviser pour mieux régner” en manipulant la perception publique des deux groupes.

Dès lors que la Ligue de Défense Anglaise est essentiellement composée de gangs de hooligans de foot, qui ont été complètement infiltrés par les autorités britanniques, beaucoup ont spéculé sur le fait que la Ligue serait en fait dirigée de l’intérieur et contrôlée par le MI5 et la branche spéciale.

Nous savons maintenant que les services de renseignement norvégiens savaient qui était Breivik et avaient inclus son nom dans une liste de surveillance contre le terrorisme depuis le mois de Mars et ce après que le tireur eut acheté une quantité importante d’engrais dans un magazin en ligne situé en Pologne. Ceci n’était pas une longue liste de donnés qui contenait des centaines de milliers de noms parmi lesquels figurerait celui de Breivik et qui aurait pu être perdu dans la masse, non, cette liste ne contenait que 60 noms.

Cette liste fut envoyée au service de sécurité de la police norvégienne (PST) par les douanes norvégiennes, ce qui pourrait expliquer pourquoi la police connaissait son nom avant même de l’avoir arrêté sur l’île de Utoeya, et ce alors même que les médias étaient encore persuadés que les attaques étaient l’œuvre de musulmans d’Al Qaïda.

L’aspect financier de la vie de Breivik prît certainement une meilleure tournure depuis 2006. En acord avec ses déclarations de revenus, qui sont accessibles publiquement sur internet pour tout citoyen norvégien (celles de Breivik ont depuis été effacées, mais le cache demeure), le tueur vit ses revenus augmenter de quasiment rien à un revenu de plus de 600 000 Krona  (environ 95 000 Euros) à partir de 2006-2007.

Alors que plus de détails commencent à émerger à propos des activités de Breivik, ses connexions avec Londres et sa déclaration qu’il n’est en fait qu’une d’au moins trois “cellules”, il devient évident que des ramifications plus larges dans cette affaire sont à l’œuvre et qu’il y a plus de personnes responsables du carnage de la semaine passée. Ceci s’ajoute aux rapports de témoins occulaires faisant état de coups de feu venant simultanément d’endroit différents de l’île et qui ont vu un autre homme armé avec des cheveux bruns. Y a t’il une connexion entre ceci et le fait qu’un homme a été abattu d’une balle dans la tête par deux hommes portant uniformes militaires samedi soir dans le sud-ouest de la Novvège ? Ceci reste à voir…

Quoi qu’il en soit, les autorités norvégiennes et les médias découragent activement la possibilité qu’il y ait un complot plus vaste à catte affaire et ce en ne se focalisant exclusivement que sur Breivik et en ignorant largement l’évidence grandissante que d’autres personnes aient été impliquées, ainsi s’assurant que les “leaders politiques et des affaires” mentionnés par le tueur et avec lesquels il dit avoir conspiré, restent bas et indétectés par le radar.

Par Paul Joseph Watson

Url de l’article original:

http://www.infowars.com/gunman-conspired-with-business-and-political-leaders-before-massacre/

Cet article a été publié dans Monde. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s