LA FOULE


 

image

La foule

« Il n’y a pas plus effrayant que la foule » me disait mon père. Avec le

temps, je me suis rendu compte combien il avait raison. J’ai une peur

viscérale de la multitude, des attroupements de tout ce qui grouille de monde.

L’homme perd son intelligence, sa culture, son identité, le sens même de sa

pensée dès qu’il est mêlé au troupeau. Il épouse, il communie, il adhère

comme un morpion à l’égrégore de connerie collective du grand nombre.

L’individu est englouti par le vague à l’âme de fond de bêtise et de

brutalité dans la houle de la foule. Observez une tribune de supporters dans un

stade, l’ouverture d’un magasin un premier jour de soldes ou une manif dans

la rue. En un clin d’oeil, ça peut basculer de l’hilarité joyeusement

crasse, à l’hystérie agressivement destructrice. Il n’y a rien de plus

dangereux qu’une foule livrée à elle même. Pillage, lynchage, viols et

j’en passe. Horde folle à la pensée minima, mue par un instinct sauvage,

violement destructeur. La foule est facilement stimulée par la haine

revancharde et revendicatrice ou par la joie excitante et tonitruante d’avoir

gagné. Rarement elle sera motivée par l’amour désintéressé. Sauf, bien

encadrée, dans des assemblées, du genre secte, comme les cérémonies

religieuses, les commémorations, les concerts ou les meetings politiques. Avec

le sentiment collectif d’invincibilité, la foule, comme un animal craintif,

masochiste et agressif, n’obéit qu’à un maître, un guide, un chef ou un

imperator au charisme flamboyant. La foule est femelle, meurtrière et cruelle

dans l’âme. Elle ne se soumet qu’à un mâle dominateur. Qui peut être, en

l’occurrence une femme, Catherine II ou la reine Victoria par exemple.

L’individu qui se perd dans la masse, est aspiré comme dans une

centrifugeuse. Il vit l’expérience d’une naissance à l’envers. Il

disparait dans le vagin de la foule. Il est « désenfanté », déshumanisé,

anéanti, il n’existe plus. Etrangement, il devient un anonyme mortellement

vivant…

Ibara (artiste peintre)

Blog: www.espace-ibara.com

Cet article a été publié dans Réflexions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s